«J’ai des fuites d’urines quand je tousse», «je ne peux pas me retenir !», «j’ai des pertes tout le temps !»…

Quelles sont les différentes formes d’incontinence urinaire féminine ? Comment les diagnostiquer ? Quels sont les principaux traitements ?

Il existe plusieurs types d'incontinence urinaire. Chacun justifie un traitement spécifique. Il est fondamental de faire le diagnostique exact du mécanisme afin de donner le traitement approprié. Or, il n'est pas évident pour les patient(e)s de faire la différence entre une incontinence urinaire à l'effort, par urgenturie ou mixte. Cette vidéo a pour objectif d'aider à comprendre les différentes formes d'incontinence, les moyens diagnostiques et les traitements qui en découlent. La compréhension de l'origine du trouble est à mon sens la première étape du traitement.

 

«C’est quoi une bandelette ?»

Il existe 3 types de bandelette pour traiter l’incontinence urinaire à l'effort de la femme. Elles peuvent être passées par voie rétro-pubienne ou à travers les foramens obturés et la cuisse. Récemment, des mini-bandelettes ont été mises au point avec un système de fixation latérale évitant le passage de la bandelette à travers la cuisse et limitant ainsi les douleurs post-opératoires. Explications des mécanismes d’action des bandelettes chez la femme.

 

« C’est quoi un prolapsus ? Une descente d’organe ? Une promontofixation ?  »

Ce chapitre explique ce qu’est un prolapsus des organes pelviens grâce à l’anatomie. Le vagin est un organe central du périnée et constitue une zone de faiblesse en raison de son ouverture vers l’extérieur. Il peut se produire un affaissement d’une partie plus ou moins étendue du vagin qui va alors entrainer avec lui l’un des organes de la cavité pelvienne qu'il soutient normalement. Le traitement consiste à fixer les parois du vagin à un point solide de la cavité abdominale par voie coelioscopique: le promontoire.

 

Incontinence urinaire de l’homme: «J’ai des fuites après une opération de la prostate», «ça consiste en quoi un sphincter artificiel, une bandelette chez l’homme, des ballons ?»

 

«C’est quoi exactement le périnée (de la femme)?»

Cette vidéo explique l’anatomie et les fonctions du périnée, les pathologies associées en prenant exemple sur l’incontinence urinaire.

 

La thérapie cellulaire en urologie: comment ça marche?

Les mécanismes d'action des cellules souches sont multiples et parfois d'une originalité déconcertante. Explications dans cette vidéo.

 

La thérapie cellulaire en urologie: pourquoi et pour quelles pathologies?

Récemment, la thérapie cellulaire a été introduite en urologie. Les pathologies ciblées sont principalement fonctionnelles. Des premiers essais cliniques ont été conduits avec succès. Cette vidéo retrace les étapes de cette aventure médicale.

 

«Comment marche un sphincter urinaire artificiel ?»

Se voir proposer un sphincter urinaire artificiel en cas d’incontinence urinaire peut générer une certaine angoisse. Cependant, ce dispositif médical est à la fois simple à utiliser et particulièrement efficace. Il est totalement inapparent et ne modifie pas les sensations vésicales. Les bénéfices rendus par ce traitement sont sans commune mesure chez des patients atteints d’incontinence urinaire sévère.

Nous expliquons dans cette vidéo comment fonctionne et comment utiliser un sphincter urinaire artificiel.

 

«Comment marche une prothèse pénienne 3 pièces ?»

La prothèse pénienne a mauvaise presse en France, contrairement aux pays anglo-saxons. Les patients sont souvent opérés trop tardivement, après plusieurs années de souffrance morale cachée et d’échec des traitements médicaux. Pourtant, cette intervention permet de restituer des érections rigides tout en préservant les nerfs sensitifs du pénis. Le taux de satisfaction très élevé justifie que l’on propose cette intervention en cas de troubles de l’érection sévères.

Cette vidéo montre le fonctionnement de la prothèse.

 

Injections intracaverneuses d'alprostadil (Caverject, Edex) après prostatectomie radicale pour réhabilitation sexuelle

Le traitement des troubles de l'érection après prostatectomie radicale a pour objectif de permettre des rapports sexuels et d’oxygéner les tissus caverneux afin d'éviter la fibrose pénienne et favoriser le retour d’érections spontanées. En ce sens, le traitement peut être considéré comme une véritable rééducation ou réhabilitation sexuelle. On estime que la récupération de la fonction érectile peut se faire jusqu’à deux ans après l’intervention. Les trois principaux traitements sont les inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5 (Viagra, Cialis, Levitra, Spedra), les injections intracaverneuses (Caverject ou Edex) ou intraurétrales (Vitaros) de drogues vasoactives (alprostadil) et l’utilisation d’une pompe à vide (vacuum). Ces traitements peuvent avoir une action synergique et leur association est conseillée dans le but d’obtenir des érections optimales. Cette vidéo montre un patient ayant accepté de montrer la réalisation d'une injection intracaverneuse d'alprostadil (Caverject) après une prostatectomie radicale.

Gonflement de ballons ProACT pour incontinence urinaire 

La mise en place de ballons ProACT permet de traiter l'incontinence urinaire de l'homme après prostatectomie radicale et chez la femme en cas d'insuffisance sphinctérienne. Environ 6 semaines après leur implantation, on peut commencer à gonfler progressivement les ballons pour comprimer l'urètre. On injecte ainsi 1 mL de sérum physiologique, tous les 10 jours, par le port en titane (connecté au ballon) qui est situé sous la peau du scrotum comme le montre cette vidéo. Le gonflement est poursuivit à ce rythme jusqu'à ce que la continence soit acquise et sans entrainer de difficulté mictionnelle. En général, 3 à 5 ajustements sont nécessaires (8 au maximum). Chez la femme, les ports en titane sont placés dans l'épaisseur des grandes lèvres.